• L'enfant

    L'enfant

     

    L’enfant

     

    Un jour naît. Dehors, c’est la belle saison qui rayonne.

    L’enfant cri ; l’oxygène le transperce, l’époumone.

    C’est le premier assaut. Combat en formation.

    La Vie et ses sempiternelles vérifications.

     

    Le cap originel est passé. Quiétude.

    Chaleur du sang qui rivière lovée dans la chair.

    Musique du cœur aux tympans de l’univers.

    La Vie et ses moments de béatitude.

     

    Une main claque la joue. Une guerre étrange.

    L’enfant cri ; son corps fait mal, son corps est rouge,

    Il attend un Dieu colère, qu’un seul Dieu bouge.

    La Vie et ses mauvais traitements.

     

    La nuit s’installe. Tu caresses mes cheveux.

    L’enfant sourit ; il a changé, il s’est nourri.

    Le pardon chante ses louanges à l’âme blessée.

    La Vie et ses possibles.

     

     Extrait de A fleur de femme – Editions Edilivre 2010

     

    « FusainLa Fille de l'Instant »

  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Novembre 2013 à 06:39

    j aime bcp ce poeme j y voit ds images entre les lignes merci et de ta visite ton dessin est reussi j aurais bientot plus rien à t apprendre ;) bravo tu devrais continuer ds cette direction a plus tard tibi et bne journee

    2
    Mardi 5 Novembre 2013 à 06:54

    Bonjour Marie. T'es comme moi ce matin ; levée aux aurores !!! Lol. Je te remercie infiniment pour ce compliment. Comme je n'ai pas les moyens de prendre des cours, je travaille d'arrache-pieds pour me perfectionner, sachant que je dois cumuler des mauvaises habitudes. Bon, de toute façon, vu comment le monde est fait, il n'y a pas de places pour les artistes nés du peuple ; ceux qui vivent dans les hautes sphères les gardent au chaud pour leur progénitures...donc, pas de but dans la poésie comme dans le dessin de 'réussite' ! Donc, au final, moins de cheveux blancs lol !!!Merci à toi. Tibi

    3
    Mardi 5 Novembre 2013 à 09:11

    Merci de ton passage - un superbe dessin et une belle sensibilité dans tes écrits. Je lis ta réponse et comme je suis de ton avis - on se demande parfois ce que font certaines pièces dans les galeries d'art mais le plus triste ce sont les pièces, je ne peux pas dire oeuvres, achetées par le gouvernement. à bientôt

    4
    Mardi 5 Novembre 2013 à 16:59

    Les ponctuations de la vie : douleur et sérénité. Merci de vos passages entre mes pages.

    5
    Mardi 5 Novembre 2013 à 19:29

    Bonsoir Tibi,

    Tu as croqué l'enfant de ta dernière strophe.. il lui reste quelqu'angoisse dans son regard en souvenir de ce qu'il a subi lors du "premier assaut"..

    Un visage expressif (bravo) et une allure de gavroche qui me sied.

    Continue.. on s'en fout du succès.. ce qui compte c'est ton écriture et maintenant ton coup de crayon, ce qui fait un tout éloquent.

    Merci de ta visite dans ma tanière/galerie (je ne réponds plus aux coms car il n'y a pas d'alerte informant des réponses). J'adore travailler sur papier noir.

    Bisous (depuis deux jours je me lève à 6h pour rejoindre ma Princesse à plein-temps. Je continue la chorale et le dessin une fois par semaine.

    Bisous

    6
    Mardi 5 Novembre 2013 à 22:42

    C'est très beau, cette idée d'enfant-cri. Toute une vie tendue dans ce cri, qui n'a que notre amour pour l'écouter, pour l'aider à devenir parole.

    7
    Mercredi 6 Novembre 2013 à 04:48

    Réponse à Mary (passion sculpture). L'enfant est quelque peu différent sur la photo d'origine ; je n'ai pas réussi à le faire trait pour trait, mais ce n'est pas vraiment ce que je chercher car j'essaie de me détacher et à trouver la traduction de ce que je vois. Quant à l'art, il est soumis à bien des manipulations tant spéculatives qu'intellectuelles ou modes...On ne sait pas toujours pourquoi un artiste est plus reconnu qu'un autre. Je crois que la notion de talent n'existe plus vraiment ; le mercantilisme est la nouvelle inspiration des artistes, la créativité juste un moyen d'y parvenir...

    8
    Mercredi 6 Novembre 2013 à 05:05

    A Fanfan. Oui ça c'est sûr ; pour le succès, ce n'est pas du tout ce à quoi je pense car ce n'est pas pour nous. Mes livres, mes poèmes, je les aies matérialisés pour mes petits enfants, descendance qui auront comme héritage des mots, une âme dont j'espère ils seront fiers d'être héritiers.

    Quant à tes coms, ce n'est pas simple effectivement si tu ne reçois pas de mails pour t'avertir du passage de tes amis. Tu devrais peut-être créer un blog ici ; je reçois mes notifications chaque fois.

    Dessiner sur du papier noir est très intéressant aussi je trouve. Car il nous permet de travailler les ombres en diapo, à l'envers d'une certaine manière.

    Merci à toi, et profite bien de ta petite princesse.

    Je t'embrasse.

    9
    Jeudi 7 Novembre 2013 à 03:36

    Magnifique poème et superbe dessin ! Bon jeudi, bisous

    10
    Jeudi 7 Novembre 2013 à 11:53

    A carole. Ce poème est un de mes préféré ; nombreux sont ces enfants victimes de leurs parents. Le mien est un résilient mais tous n'ont pas la chance de voir un bout de ciel comme un espoir auquel ils peuvent s'accrocher. Merci à toi. A bientôt

    11
    Jeudi 7 Novembre 2013 à 11:54

    A Catheau. Oui la vie avec toutes ses couleurs en quelque sorte. Merci à toi.

    12
    Jeudi 7 Novembre 2013 à 11:54

    A Elena. Merci pour le compliment.

    13
    Mercredi 18 Décembre 2013 à 18:30

    Oui, j'aime bien aussi les deux "oeuvres" : le dessin et le poème.  Tu l'as mis dans le premier recueil mais il conviendrait bien au deuxième comme une série d'instantanés de la vie : certains bons, certains mauvais.

    14
    Mercredi 18 Décembre 2013 à 23:07

    Coucou Piro. Eh c'est une excellente idée ! Je crois que mes poèmes sont tous des instantanés au fond. Merci pour ton commentaire éloquent. A bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :