• La Fille de l'Instant

     

    La Fille de l’Instant

    Elle renferme un secret, un nectar principiel

    Qui nourrit tout son être.

    Comme l’abeille a son miel,

    Elle y puise des forces à chaque mise en bouche,

     

    Elargit son savoir au nez du Scaramouche.

    Elle est un tournesol qui piste le soleil

    Aux heures où les lucioles fabulent en sommeil.

    Son instinct affilé dans sa robe de faille

    Tuteure ses pieds bais qui jamais ne défaillent.

     

    Elle, c’est une magicienne.

    Son temps est élastique,

    Au-delà des persiennes ; forteresse odalisque.

    Sa mahonne fend l’air sur la mer des maqâms

    Et son chant se libère comme vogue son âme.

     

    Elle parcourt les mondes, réels et figurés,

    S’engouffre au coeur des frondes jusqu’à s’y égarer.

    La Fille de l’Instant s’initie aux ténèbres

    Retrouve aux luis du temps la divine lumière.

    Extrait de La Fille de l'Instant - Editions Edilivre 2013

     

     

    « L'enfantDessin au carré conté, pierre noire »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Novembre 2013 à 17:05

    Coucou Tibi, un écrit très recherché! Je ne connaissais pas le mot principiel, néologisme je suppose pour ton texte! La vie est là tant qu'il y a de la nourriture, que ce soit pour le corps ou l'esprit, cette substance qui permet d'agir, de bouger, voyager à la rencontre du reste du monde, forgeant sa propre vie, expérience pour avancer dans le temps qui nous est compté et cher à la fois! Très joli dessin également. Et ravi de t'avoir fait découvrir Gary Numan, x fois numéro 1 outre manche mais si peu connu par chez nous! Bonne fin de semaine, bisous

    2
    Jeudi 7 Novembre 2013 à 03:37

    Tu l'avais déjà mis et je m'en souviens bien ! Très fort, bisous

    3
    Jeudi 7 Novembre 2013 à 06:49

    Bonjour Fab. Ravie de l'accueil que tu réserves à ce poème comme au dessin qui l'illustre. Principiel est en effet un choix. Merci à toi.

    4
    Jeudi 7 Novembre 2013 à 06:50

    Bonjour Elena. En effet, la photo est déjà parue mais pas le poème. Merci à toi

    5
    Jeudi 7 Novembre 2013 à 07:51

    le tps ami ou ennemi selon mais la recherche du bonheur est inepuisable et on a faim de le trouver malgre ls souffrances ki traumatisent car moins subtil ke  la serenité ou la delectation de la vie alors essayons de ns ennivrer de chaque instant present  en depit des tracas de l existenz; j aime bien ttes tes metaphores ce ki en fait un poeme et inteligible cad comprehensif  kant au succes on m a svent dit k il est ds la tete je veux bien mais lol en reel c mieux mais comme toi par fierte ou koi je ne le cherche pas g d autres valeurs on va dire merci pour le gentil coms matinal a bientot

    6
    Jeudi 7 Novembre 2013 à 11:58

    A Marie 366. En fait tu prônes le CARPE DIEM ? Je prends, merci . Le succès ? Oui, ben, tout peu arriver tu sais ; si j'avais eu ton coup de pinceau, je ne me serai pas gênée ! Donc, oui, c'est bien dans la tête. Bises

    7
    Dimanche 24 Novembre 2013 à 19:07

    Quel magnifique poème ! Nous volons à la suite de la mahonne de la Fille de l'instant emportés par sa danse et les harmonies et modulations de son chant maqâm. Sous le charme tout simplement.

    8
    Mardi 17 Décembre 2013 à 12:15

    Merci Piro pour ton commentaire si touchant ! A bientôt

    9
    Samedi 28 Décembre 2013 à 17:01

    Bonjour Tibi, en fait je suis rainbow d'over-blog. J'ai ouvert un blog ici aussi et ai posté la même poésie.

    Tu sais que j'aimerais être la fille de cet instant que tu décris si bien avec tes mots à toi qui accentuent la liberté de cet être  vivant de lumière.

    Je suis absente assez souvent c'est vrai, me battant actuellement avec un souci de santé.

    Je te remercie d'être passée sur mon blog, amie et je t'embrasse bien affectueusement. Apollina, rainbow, tu choisis, sourire

    10
    Vendredi 3 Janvier 2014 à 07:36

    Bonjour Apolina. Je suis ravie enfin d'avoir de tes nouvelles. Nous sommes tous des fils et filles de l'Instant mais parfois, nous l'oublions. La vie est une aire de jeux où nous devons construire nos propres règles par le seul métronome qu'est la liberté, pas par une prison de principes. Mais je le conçois, les mots sont faciles. Je t'embrasse. Tibi

    11
    Samedi 4 Janvier 2014 à 17:05

    Un peu Circé, un peu Viviane, un peu Mélusine, la Fille de l'Instant.

    12
    Lundi 6 Janvier 2014 à 09:59

    A Catheau. Absolument ! Ne sommes-nous pas un peu toutes ces femmes ? D'ailleurs, dans mon recueil, un poème illustre toutes ces parts de femmes qui nous habitent. Je vous remercie de vos commentaires et de l'intérêt que vous manifestez à mon égard. A bientôt.

    13
    Vendredi 10 Janvier 2014 à 08:34

    Bonjour Tibicine,
    belle et heureuse année à toi.
    Merveille d'expression entre les mots et les images, bravo.
    Bises
    Anne

    14
    Samedi 11 Janvier 2014 à 10:01

    Merci Anne pour tes vœux et pour l'accueil que tu fais à mon article. A bientôt.

    15
    Mardi 7 Juin 2016 à 08:45

    Joli poème avec des mots rares. Oeuvres picturales dont je ne me souvenais pas sur OB.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :