• La-douleur-copie.jpgLa douleur - Tibicine

      Il est des douleurs physiques insupportables
    Qui fragmentent le souffle jusqu’à le couper
    Rendant précaire la vie c’est indiscutable.
    La douleur morale celle qui est née
    Des blessures imposées, des deuils et de la lâcheté
    Cette douleur-là se porte coincée à l’intérieur
    Entre les larmes, la peine hébétée et la peur.
    La solitude du désert rend l’horizon flou
    Alors que se mouille encore une fois le front et les joues.

    Korielle

     


    13 commentaires
  •  

     

    Sècheresse en mon âme, sècheresse en mon cœur ;

    Il ne reste que les larmes à boire de mes frères !

    Et je crie chaque jour à mon Dieu ma douleur,

    Et je dis tous matins à mon Dieu mes prières.

     La pluie ne tombe plus sur le grand baobab ;

    Et l’oasis se meurt au milieu du désert.

    M’as-tu abandonné au jeu d’une charade

    Pour que je piste l’eau retranchée dans la terre ?

     

    Si telle est la leçon que tu veux que j’apprenne ;

    A ne pas négliger ce qui est essentiel,

    Je pars pour l’aventure et je délaisse l’or,

    Je pars chercher de l’eau, notre unique trésor.

    Tibcine


    16 commentaires
  • Mille et mille nuits

     

    Mille et mille nuits sous d’immenses ciels brillaient

    Des étoiles capricieuses qui filaient mon chemin.

    Comme la louve esseulée qui éprouve ses petits,

    Je cornais à longues marches mes plantes de satin.

     

    Solitude en bretelle ; mon unique complice

    Je traversais les mondes Al Ja’Fariyya.

    Je dessinais son corps abandonné au Tigre,

    Les massifs montagneux en chaîne de l’Atlas.

     

    Je regardais ma toile où le pinceau oeuvrait ;

    Comme un autre de moi j’avais peint sans rien voir.

    Ton image apparu au cœur de tous mes souhaits,

    Je pensais partir seule ; tu étais avec moi.

     

    L’amour a une grande force, celle des vents d’Orient,

    L’instant de son passage il opère un changement.

    Il prodigue la raison à nos ressentiments,

    Attends-moi mon amour ; j’ai compris, je rentre.

     

    Tibicine


    12 commentaires
  •  

     

    Le choix

     

    Les portes sont nombreuses,

    Le trousseau est lourd,

    La main est frêle.

    Quelle clé ?

    Quel inconnu ?

    Comment choisir un mystère ?

    Plouf, Plouf ?

     

    J’ai une vision,

    Une idée imaginée.

    Pour autant,

    Quand je vais forcer le rivet,

    Tout me surprendra,

    M’emportera,

    Je rirai et j’aurai mal,

    Je gagnerai et je perdrai.

     

    Au prochain carrefour,

    Je serai comblée ou amère ;

    Le temps est un régulateur.

    Je serai riche,

    Des pièces d’or dans les poches,

    Et encore pauvre devant le choix.

    J’aurais appris ;

    Choisir c’est apprendre à ne rien maîtriser.

      

    Tibicine


    18 commentaires
  •  

    couverture 1ere

    Bonjour à tous,

    Comme je vous l'avais annoncé, mon recueil est désormais disponible sur Internet.

    En voici le lien :

    http://www.edilivre.com/doc/20421

    L'aventure continue ; grâce à vous aussi...

    Je vous embrasse tous,

    Amitiés,

    Tibicine

     


    28 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique